Ancien élève à ArtFx, Guillaume Thimus vient de terminer « Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées » dans les studios Weta en Nouvelle Zélande. Il rend visite aux étudiants de l’école et répond à leurs nombreuses questions sur leur avenir professionnel. 

 

 
 

Quel est votre parcours depuis votre départ d’ArtFx en 2007 ?

 

Après mes années de formations, je suis monté à Paris afin de travailler pour plusieurs studio de cinema et dans la publicité. Ensuite, j’ai décidé d’aller vers des studios à l’étranger. J’ai démarré par le Canada à Montreal sur un poste de Compositing artist. Puis j’ai travaillé sur le film « Happy feet 2 » à Sydney en Australie ; une expérience unique où j’ai pu rencontrer de nombreux collègues et développer mon réseau à travers le monde.
Depuis cette période, j’enchaîne les postes de ‘Lighting TD’ et ‘Lookdev Artist’ pour mon plus grand plaisir. Récemment, j’ai travaillé sur le film ‘The Hobbit: the battle of five Armies » dans les studios Weta en Nouvelle Zélande.

 
 

 
 

Quelles sont les références demandées pour intégrer les studios Weta ?

 

Il faut tout d’abord avoir une certaine expérience et une connaissance du monde professionnel. En effet ces studios prestigieux sont très exigeants et les postes sont rares. Donc il est préférable de varier son expérience avant d’intégrer la Weta. Par ailleurs, le réseau est un facteur important dans le recrutement ainsi que la disponibilité.

 
 

 
 

Comment travaille t-on dans les studios Weta ?

 

Le travail dans les studios Weta est très agréable et les méthode de travail sont différentes des autres studios : il y a une grande part de responsabilité personnelle.
Lorsqu’un projet arrive à son terme, il faut s’y consacrer entièrement et ne pas compter ses heures. En effet, une grande implication ainsi qu’une présence assidue sont demandées.
Parallèlement, la vie en Nouvelle Zélande offre un confort et une ambiance très familiale.

 
 

Que vous a apporté l’école ArtFx ?

 

La pédagogie et l’enseignement d’ArtFx m’ont apporté une connaissance et une polyvalence dans le secteur des effet spéciaux. D’ailleurs, l’école est reconnue pour cela auprès des professionnels du monde entier. De ce fait, ArtFx m’a permis d’avancer en toute confiance et de me lancer dans des projets d’envergure à travers le globe.

 
 

Quels sont vos projets ?

 

Repos pour la fin 2014. Je pars cependant travailler fin Décembre au sein des studios Industrial Light and Magic a Singapour, pour l’adaptation du jeu vidéo « World of Warcraft » au cinéma. Ensuite, j’enchaînerai sur Vancouver à la fin de l’hiver tout en gardant un intérêt certain pour la Nouvelle-Zélande et les futurs projets des studios Weta.