** Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême **

 

Du 31 janvier au 3 février 2013 avait lieu la 40ème édition du Festival International de la BD. Lorsqu’une équipe de choc d’ArtFx se rend à Angoulême pour l’occasion, cela donne des articles culturels immersifs de choix !

 

Hôtel de ville d’Angoulême, un matin froid de février, alors que les files d’attente commencent à se former partout dans le centre. Je fais la queue de l’exposition Disney avec deux amis d’Ankama (oui, j’ai des amis) pour retomber en enfance une fois de plus (et oui, j’ai eu une enfance)…

 

Une mise en scène riche et consensuelle

Exposition « Mickey & Donald, Tout un art » - Festival International de la BD Angoulême - © DisneyDés l’entrée, ce qui frappe c’est la sobriété et la qualité de la scénographie créée par Marie Antoine Designers. Avec un côté chaleureux, cosy et très didactique, les connaisseurs auront plaisir à déambuler dans cet endroit paisible et nostalgique, tandis que les néophytes pourront à leur gré et leur rythme découvrir l’univers de Mickey, proposé par chapitres chronologiques successifs.

 

Une imagerie riche, très diversifiée, drôle et tendre, parodique et aventureuse qui plongera le visiteur dans des univers assez différents : de la création d’un personnage emblématique de Walt Disney jusqu’aux variations personnelles d’auteurs (souvent non américains) ayant apporté leurs propres touches, et surtout ce qu’il fallait de modernité.

 

Un univers populaire et iconique

 

Exposition « Mickey & Donald, Tout un art » - Festival International de la BD Angoulême - © Disney Cette histoire de Mickey (et consorts) à travers les âges débute dans les années 1920 avec les premiers dessins animés présentant notre bonne souris anthropomorphique (comme Steamboat Willie). Elle prend son essor quelques années plus tard avec la création de Donald et l’internationalisation de cette création de Disney, animée par Ub Iwerks. Une reconnaissance mondiale qui passe par la case comics, sous forme de strips et de planches dans des quotidiens américains, histoires par la suite traduites et diffusées dans de nombreux pays.

 

L’intérêt de cette exposition se révèle dans son parti pris : laisser planer discrètement l’ombre de Disney sur les épaules de ceux qui se sont appropriés Mickey. J’ai donc retrouvé avec plaisir l’immense talent d’un Carl Barks capable de créer des coprotagonistes (tels que ce cher Donald, l’oncle milliardaire Picsou ou bien encore Géo Trouvetou). Celui aussi d’un très prolifique Floyd Gottfredson avec ses nombreuses publications et la création de personnages essentiels de Mickeyville, tels que le Chief O’Hara et l’insaisissable Fantôme Noir…

 

Ma vraie surprise ? Retrouver simplement ce que je préfère dans Mickey : le traitement à l’italienne de cet univers déjà riche, avec la modernisation seventies opérée par une poignée d’auteurs transalpins influencés par le pionnier Guido Martina, concepteur d’un certain Fantomiald (la version super héroïque de Donald Duck). Exposition « Mickey & Donald, Tout un art » - Festival International de la BD Angoulême - © DisneyEt cerise sur le gâteau, la mise en scène des travaux de Scarpa, Bottaro ou encore ceux du génialissime Giorgio Cavazzano !

 

La scénographie de l’expo est remarquable, ses nombreux jeux de lumières soulignant très justement les décors, et immersive juste comme il faut.

 

Ma visite s’est terminée autour de grimoires à feuilleter, d’ateliers de dessins et d’une borne de jeu Epic Mickey dans laquelle le sorcier Yensid (une référence à Fantasia) tente de redonner vie aux personnages oubliés de Disney.

 

Quelques photos de l’expo

Cliquez sur les photos pour afficher le diaporama.

 

Gallery Notice : Images have either not been selected or couldn't be found