Voici le dernier né de la famille des plasmas 3D du géant Coréen SAMSUNG, le PS-63C7700.
Sous ce nom un peu barbare se cache un grand écran de 63″ (164cm) ; une technologie plasma affichant fièrement sa compatibilité 3D ; et un mode de conversion 2D>3D.
Ce plasma offre la possibilité de services en ligne et toute la panoplie moderne du bon « petit » écran.
Physiquement cette 3D TV à une belle gueule, son gris anthracite brossé, ses 4 cm d’épaisseur, sa belle dalle brillante… On est ravi que Samsung ait enfin laissé tomber cet affreux piano black, véritable piège à traces de doigts.

En revanche on est beaucoup moins ravi lors du déballage de la TV.
En effet, une seule et unique paire de lunettes active était présente. Pour un écran « familial » de cette taille c’est un peu mesquin.
Autre point noir, le dongle WIFI pour bénéficier du contenu en ligne est en OPTION !
La télécommande fournie remplit tout juste son boulot, préférez plutôt la télécommande WIFI… Facturée à près de 200 euros.
Grosso modo si l’on veut profiter pleinement de ce beau plasma, il faudra encore débourser en plus des 3000 euros de base, 1/3 de plus :
– entre 400-500 euros pour les lunettes actives,
– une cinquantaine d’euros pour le dongle WIFI, et éventuellement la télécommande…

En 2D ce Samsung est tout à fait impeccable. Les contrastes sont bons, les noirs bien profonds (plasma oblige), les couleurs denses et riches. Bref on est enchanté par cette très belle qualité d’image.
En revanche, la dalle du Samsung peut s’avérer très brillante, ce qui peut parfois poser quelques soucis sur les plans un peu sombres. Globalement la bonne luminosité et la pléthore de réglages de la dalle évitent ce genre de soucis. Bien évidement nous avons banni le mode 600Hz sur les médias cinéma que nous avons visionnés, mode qui, pour les films, est une véritable hérésie !

En tant qu’école, nous avons testé principalement des travaux d’élèves qui étaient prévus en relief. Cela nous à servi à déterminer l’efficacité du mode 3D natif.
Avec un ordinateur puissant et stereoscopic player (le tout raccordé en DVI/HDMI sur le Samsung), la diffusion en 3D est très satisfaisante. Des tests sur des blu-ray 3D seront effectués un peu plus tard.
Les élèves ont, sur certains plans accentué le décalage des deux yeux, ce qui nous donne vraiment l’impression que l’image jaillit de l’écran.

Un reproche cependant à ce très honorable mode 3D : le bruit vidéo (rgb), des fourmillements. Ces derniers sont toutefois peu perceptibles lorsque l’on est installé à la bonne distance de visionnage.
Il est tout à fait recommandé de regarder les contenus 3D dans l’obscurité. Pourquoi me direz-vous? Parce que les lunettes actives créent un balayage qui est bien plus visible avec un environnement lumineux, et cela peu engendrer une gêne pour les spectateurs les plus sensibles.

En revanche pour ce qui est du mode conversion 2D>3D, on ne va pas rester longtemps dessus, disons le même carrément : Samsung patauge, peu importe la source, le résultat reste malheureusement très brouillon, il n’y a aucune cohérence, aucun effet réel de profondeur. Ce mode se contente simplement de faire un découpage de l’image en de multiples plans pour ensuite « tenter » de les superposer…
Il y a également du bruit vidéo (rgb), du scintillement qui dénaturent le média original … Dommage.
Le son du Samsung n’est pas exceptionnel, même si l’on remarque quelques efforts sur les programmes TV, mais dès que l’on passe aux jeux vidéo ou aux films, un home cinéma s’impose de lui même.

Donc globalement, en quelques mots, ce Samsung est une superbe TV 2D, avec quelques réglages préalables, l’image est nette, précise, contrastée, riche en couleurs. Le PS-63C7700 est aussi une bonne TV 3D, qui nous offre un rendu relief très satisfaisant, avec des sources en 3D natif.
La connectique bien fournie et les multiples possibilités de connexion annexes sont également un très gros plus, pour cette grande télé qui comporte branchement disque dur externe, medias online, DLNA …
On regrette donc au final un prix un peu élevé à cause des accessoires, un mode de conversion 2D>3D carrément gadget et inefficace, ainsi qu’un son un peu trop médiocre pour une utilisation cinéma ou jeux vidéo.