Cette année aura été particulière. Il aura fallu maintenir le lien avec nos étudiants pendant deux longues périodes de confinement, et inventer de nouveaux moyens d’enseigner.

Inventer aussi de nouvelles façons de recréer, virtuellement, ce qui fait la vie d’une école : les cours, bien sûr, mais aussi les activités extrascolaires. Les moments informels où se nouent les liens les plus forts entre les camarades d’une promo.

Ces pratiques, qui s’appuient sur les outils numériques, ne cesseront pas au (re)déconfinement. La pédagogie de la classe inversée, initiée chez ARTFX depuis quelques années, s’en trouve d’ailleurs renforcée : l’école n’est plus là pour transmettre des savoirs théoriques à des élèves passifs ; le présentiel doit constituer une véritable expérience. Une expérience qui vaut le déplacement, puisque nous savons désormais que tout ou presque est accessible depuis notre canapé !

La crise sanitaire aura aussi provoqué la suspension des salons dédiés aux étudiants et des portes ouvertes, qui étaient les moyens privilégiés de rencontrer de futurs talents, de répondre à leurs questions sur les métiers qu’ils rêvent d’exercer, les choix d’orientation.

Pour la première fois, comme beaucoup d’autres écoles, ARTFX a tenu ses « portes ouvertes en ligne” samedi 28 novembre (accédez au Replay). Une expérience déroutante, certes, car le contact avec les jeunes, et souvent leurs parents, est sacré. Choisir une école, c’est essentiellement une affaire de rencontres : un enseignant qui donne envie, un étudiant qui rassure, un cadre dans lequel on se projette.

Eh bien, il semblerait que les lycéens, qu’on dit angoissés et déprimés par cette période étrange, sont en train d’inventer de nouveaux modes de relation, à travers les écrans. Et, s’ils boudent la visioconférence, trop intrusive, comme nous boudions le téléphone en notre temps, ils s’approprient avec beaucoup de spontanéité les tchats, les réseaux sociaux… avec un enthousiasme communicatif. Le numérique a aussi pour effet, dans le cas présent, de désinhiber les participants. Pour beaucoup, il est plus facile de poser une question par écrit que de prendre la parole devant une assemblée.

À tel point qu’il est permis de se demander si les salons renaîtront un jour de leurs cendres. Ou si, comme pour la recherche de l’âme soeur, on peut finalement se passer des intermédiaires. Un coup de cœur en ligne, suivi d’un premier rendez-vous si ça matche. Voilà l’avenir des relations entre les écoles et les étudiants ?

Notez qu’ARTFX proposera des portes ouvertes IRL (in real life ;)) en 2021 :