** Festival International du Court Métrage de Clermont-Ferrand **

 

Curieux de savoir à quoi pouvaient bien correspondre les courts métrages Décibels, nous avons eu une très bonne surprise en rencontrant les réalisateurs des clips mais aussi créateurs du site web La Blogothèque : Chryde et Vincent Moon. Avec en prime, une interview de Nicolas Venancio et Mathieu Rochet, réalisateurs de Lookin4Galt.

 

Des clips musicaux pas comme les autres…

Les Séances Décibels sont des clips musicaux. Le principe est simple : les réalisateurs contactent des artistes, leur donnent rendez-vous dans des lieux variés (rue, hall d’immeuble, ascenseur, etc.), et leur demandent de jouer un morceau de musique. La performance filmée devient ainsi un clip.

 

Nous avons assisté aux deux Séances Décibels (DB) et à la fin de chacune, une surprise nous attendait.
Pour la DB 1, nous avons eu droit à un concert privé de St Augustine, un groupe dont l’un des clips était présenté durant la séance.
À la fin de la DB 2, nous avons rencontré deux autres réalisateurs, Nicolas Venancio et Mathieu Rochet, qui nous ont projeté leur film Lookin4Galt.

 

Retrouvez tous les clips sur le site de La Blogothèque.

 

La liste des séries Décibels dans cet article.

 

 

Rencontre avec les réalisateurs de Lookin4Galt

Lookin4Galt est un docu-fiction sous forme de road-movie où nous suivons deux Français qui partent à New York. Leur but est de retrouver le compositeur de la comédie musicale Hair, Galt MacDermot. Le film dure un peu plus de 50 min et nous montre l’influence que Galt MacDermot a eu sur la culture Pop et R’n’B new-yorkaise.

 

Nous en avons profité pour leur poser quelques questions.

 

Lookin4Galt - © Gasface

 

D’où vous est venue l’initiative d’un tel projet ?

 

Nicolas Venancio et Mathieu Rochet : La famille de Galt MacDermot nous a découvert à travers l’une des émissions que nous avons faite. Galt MacDermot fait un concert par an et nous avons été invités. C’est là que nous avons eu l’idée de créer ce film en montrant l’influence d’un homme finalement moins connu que son œuvre.

 

Quel matériel avez-vous utilisé ?

 

Nicolas et Mathieu : Nous avions un partenariat avec Canon, il nous ont prêté un Canon EOS 5D ainsi qu’un 7D. Nous avions aussi trois objectifs qui nous permettaient de couvrir une large gamme de focales.

 

Comment avez-vous approché tous les contacts que l’on peut voir dans le film ?

 

Nicolas et Mathieu : Nous avions déjà quelques contacts grâce à notre Magazine Gasface, et à notre webdocumentaire New York Minute. Il ne nous restait plus qu’à remonter de contact en contact, en se disant qu’une personne connaît forcément une autre personne qui en connaît une autre, etc. C’est sur ce principe que le documentaire a été possible. Grâce à cela, nous avons pu remonter jusqu’à une connaissance de Galt puis jusqu’à lui directement.

 

Pourquoi ne pas avoir davantage montré Galt à la fin ?

 

Nicolas et Mathieu : Pour nous, le principe n’était pas de montrer Galt lui-même, mais plutôt la façon dont sa musique influence les artistes new-yorkais comme Run-D.M.C., MF DOOM, Busta Rhymes et des dizaines d’autres rappeurs ayant samplé ses musiques. Ce qui compte, au final, n’est pas la destination mais le parcours réalisé.

 

Version intégrale du film Looking4Galt à découvrir online.