53 ans après les débuts de la saga James Bond nous retrouvons son 24e opus «  Spectre  », très inscrit dans l’ère actuelle…

 

 

Synopsis  : Un message cryptique venu tout droit de son passé pousse Bond à enquêter sur une sinistre organisation. Alors que « M » affronte une tempête politique pour que les services secrets puissent continuer à opérer, Bond s’allie avec la fille d’un ancien ennemi, Madeleine Swann, afin de découvrir la terrible vérité derrière… le Spectre.

 

007 contre l’organisation

Cette fois-ci le principal ennemi de l’agent double-zéro sept est une organisation criminelle internationale de service pour l’espionnage, de contre-espionnage, de terrorisme, de rétorsion et d’extorsion, « Spectre » qui vise à dominer le monde tout en recherchant le profit.

L’organisation composée de grosses pointures et armée technologiquement jusqu’aux dents, vend un système de surveillance vérolé aux services de renseignements des plus grandes nations, grâce auquel l’organisation a main mise sur toute les données et informations du monde entier.

 

Credits Sony Pictures

Un James Bond déconnecté

Dès les premières minutes, « Q »  l’acolyte hacker et maître-armurier de Bond lui injecte malgré sa désapprobation des émetteurs nanoscopiques dans le sang afin qu’il soit traçable en temps réel n’importe quand et n’importe où sur la planète.

Cette technologie a pour nom le « smart blood », qui vous l’aurez compris fait référence à nos précieux « smart phones » que nous ne quittons jamais, transmettant sans répit nos positions GPS, données personnelles et exploitables.

Le système de surveillance étant corrompu, si Bond est traçable par les systèmes de renseignements il l’est aussi pour « Spectre ». En plus de ne pas être très friand de technologie, celle-ci lui porte préjudice et le progrès devient une contrainte. Il va donc demander officieusement à « Q  » être déconnecté pour s’effacer des radars.
On retrouve donc un James Bond capricieux sans moyen de communication lâché en pleine nature fuyant la technologie.

 

Credits Sony Pictures

 

Interrogation sur le monde dans lequel on vit

Le monde de James Bond dans cet opus est le nôtre  : la technologie est omniprésente et ne cesse d’évoluer, mais en bien ou en mal  ?
Plusieurs questions qui nous concernent tous actuellement sont abordées tout au long du film telles que : l’homme vaut-il mieux que la machine ?, quel est le rôle de la technologie au sein de notre société ? ou encore l’évolution est-elle bénéfique pour notre sécurité ?…

Si le  « smart blood » est une analogie aux « smart phones », quelles pourraient être celles à l’organisation « Spectre » ?
Il est facile d’imaginer que des géants comme Google ou encore Facebook par exemple, puissent grâce à leur notoriété agir de la même façon et stocker nos moindres faits et gestes sous forme de données sans même que l’on ne s’en rende compte.
Que savent-ils de nous  ? Que savent-ils de vous  ?
Le futur nous le dira.

 

Loïc Segui

Bande annonce Spectre