The Grandmaster, le tout dernier film de Wong Kar-Wai, sort en France le 17 avril prochain. Les anciens élèves d’ArtFx (8 au total !) apparaissent au générique du film : Cédric Battude, Jonathan Bonte, Alexandre Lerouge, Antoine Lhoir, Serge Martin, Julien Touchet, Florian Velasco et François Vico. Nous avons interviewé Alexandre Lerouge (Promo ArtFx 2010), VFX Artist chez BUF. Il nous explique le travail qu’il a réalisé pour The Grandmaster et nous présente des plans avant/après exclusifs !

 

Tu es au générique de The Grandmaster. En quoi a consisté ton travail sur ce film ?

 

Alexandre : J’ai eu l’occasion de faire beaucoup de choses sur The Grandmaster. J’ai travaillé pour cette production sur deux périodes distinctes : une 1ère période dès mon arrivée chez BUF, puis une 2nde période, un peu plus d’un an après, qui s’est poursuivie jusqu’à la présentation du film au Festival de Berlin.
Ma 1ère session de travail sur le film s’est faite à la dure : de la rotoscopie d’acteurs en 2D ou 3D, du tracking, du restore de plates Alexandre Lerouge - VFX Artist(effacement des câbles et des marqueurs de tracking) puis de la mise en place de simulations de neige dynamique (en particules) sur un grand nombre de scènes. Nous étions alors très nombreux, des jeunes recrues pour la majeure partie d’entre nous, et il n’y avait pas vraiment de place pour l’initiative personnelle car il fallait aller très vite.
Il s’est ensuite passé plus d’un an avant que je retouche au film. Cette 2nde session de travail s’est faite en petit comité avec une équipe de moins de dix personnes. Grâce à l’expérience professionnelle que j’avais acquise entre temps et la taille réduite de l’équipe, j’ai eu la chance de prendre en charge des simulations de neige spécifiques sur des plans particuliers, ainsi que du rendu de brumes et autres fumées et divers petits effets par-ci par-là.

 

Tu peux nous en dire plus sur le déroulement de ta mission ?

 

Alexandre : Pendant la 1ère session de travail, je venais d’arriver chez BUF et il m’a surtout fallu m’adapter à un environnement pro et à des outils méconnus, aux demandes des superviseurs et à ce que voulait le réalisateur, Wong Kar-Wai. Par conséquent, l’objectif principal était d’arriver à suivre le rythme. Il y avait des dailies tous les jours et nous présentions nos plans régulièrement dans la journée à nos superviseurs de séquences. On recevait donc en permanence des directives pour aller dans le bon sens.
Ça a été plus agréable en équipe réduite, lors de la 2nde session de travail. Je pouvais me concentrer sur certains effets de A à Z sur une séquence particulière. Ça m’a permis d’essayer de travailler mes plans plus en détail pour être en accord avec l’ambiance présente à tel ou tel moment du film.

 

Est-ce que tu as rencontré des contraintes techniques particulières ?

 

Alexandre : La principale contrainte technique à BUF ce sont les outils car ils sont tous propriétaires. Il n’y a pas un seul logiciel du commerce : 3D générale, compositing, moteur de rendu…, tout est interne. Il faut s’acclimater très vite. Normalement, quand on arrive chez BUF, il y a une formation de trois semaines mais elle a été réduite pour nous à une semaine pour aller au plus vite sur ce film justement.
The Grandmaster © Block 2 Pictures CompanyDe la même manière, c’est aussi toute la méthodologie qui est à revoir : BUF est une entreprise qui a plus de 25 ans alors il y a forcément des façons de faire bien ancrées qu’on ne peut pas forcément connaître d’emblée et auxquelles on doit se conformer. Mais bien entendu, tout ça n’en est que plus gratifiant lorsqu’on commence à se sentir à l’aise.

 

Au final, qu’est-ce qui t’aura le plus marqué dans cette production ?

 

Alexandre : Ce que je retiendrai surtout de cette production, c’est qu’il s’agit de ma première expérience de long métrage pour le cinéma. Même si on est formé à ce type de production, ça reste quand même une sacrée aventure quand on débute ! Il y a toute une hiérarchie à gérer (nous étions jusqu’à 40-50 personnes), une communication très spécifique, des commentaires bons ou mauvais à savoir prendre en compte et surtout aucun filet de secours. Mais au final, c’est ce qu’il y a de mieux car on peut vite sentir qu’on progresse et qu’on se sent de plus en plus à l’aise au milieu d’une équipe. Personnellement, ça m’a véritablement conforté dans mon choix de me tourner vers les VFX cinéma. Sans compter tous les gens talentueux et d’expérience avec qui on peut en apprendre tous les jours davantage.
Enfin, reprendre le travail sur ce film sans y avoir touché pendant un an, ça a été l’occasion pour moi de constater à quel point j’avais pu progresser dans tous les domaines : c’est une situation rêvée pour justement faire une vraie comparaison.

 

Le mot de la fin ?

 

Alexandre : J’ai eu l’occasion de travailler avec des anciens élèves d’ArtFx sur ce film, aussi bien des camarades de ma promotion que des personnes sorties avant. Je voudrais juste dire qu’il a été très facile de constater à quel point la formation avait pu nous apporter. Ça a été agréable aussi de se rendre compte que l’aspect plutôt polyvalent de la formation nous permettait de nous sortir de bon nombre de situations et ça c’est un vrai plus.

 

Merci à Alexandre Lerouge d’avoir répondu à cette interview.

 

Des plans avant/après

Cliquez sur les photos ci-dessous pour afficher le diaporama.

Gallery Notice : Images have either not been selected or couldn't be found

 

À propos de The Grandmaster (Yi dai zong shi)

The Grandmaster raconte l’histoire de Ip Man, maître en arts martiaux et professeur notamment de Bruce Lee.

 

Réalisé par Wong Kar-Wai.
Avec Tony Leung Chiu Wai, Song Hye-kyo et Zhang Ziyi.
Sortie prévue en France le 17 avril 2013.

 


The Grandmaster – Bande-annonce [VOST] par Filmosphere